Rencontre avec la poétesse Anna Ayanoglou

 
Rencontre avec la poétesse Anna Ayanoglou autour de son dernier livre "Appartenir" (éd. Castor Astral), animée par l'autrice Karoline Buchner. Elle sera suivie par une séance de dédicace des trices.
Réservation à

Le mot de l'éditeur :
"Comment aurais-je pu, en plus de tout, comprendre ce qui se tramait en moi ?"
Dans le bloc opératoire où elle s’apprête à subir une Ivg, Anna Ayanoglou est prise en charge par un anesthésiste grec. "Au seuil du non au poids de la lignée", c’est l’irruption soudaine de la patrie du père. L’événement déclenche un mouvement d’exploration de l’histoire familiale, marquée par l’immigration.
De ses séjours en Grèce, adolescente, à ses études à Paris, la poétesse ausculte vécus et intériorités. Avec attention et tendresse, elle tente de comprendre par quelles épreuves son père est devenu qui il était. Et ce que son déracinement a fait d’elle.

À la lisière du romanesque, ce recueil met magistralement à nu les fils invisibles qui se transmettent de génération en génération et qui marquent à jamais les identités.

Un récit d’apprentissage dominé par les souvenirs de la Grèce, sa mythologie, ses paysages et sa langue.

Présentation des autrices :
Née en France en 1985, bruxelloise depuis , la poétesse Anna Ayanoglou mène son travail créatif du coin de la table où elle écrit aux studios de Radio Panik où elle conçoit l'émission "Et la poésie, alors ?", en passant par des performances poétiques mixées avec d'autres arts (arts graphiques/DJ/noize). Elle expérimente sans relâche, avec toujours le feu de (faire) découvrir. Après deux recueils publiés chez Gallimard ("Le fil des traversées", et "Sensations du combat", ), "Appartenir" vient de paraître au Castor Astral.

Karoline Buchner, d’origine allemande, voue, dès l’enfance, un fervent attachement à la langue française. Elle obtient une agrégation en philologie romane, enseigne le français et investit le champ de la psychanalyse lacanienne qui affine son attrait pour l’équivoque et son souci de bien dire. L’écriture s’impose à elle, chemin faisant, comme le moyen le plus sûr pour rendre compte du rejet de la féminité – surtout dans l’expérience hétéronormée – et des effets ravageants de la langue sur les corps – ceux des femmes, en particulier. "Encoches" est son premier récit publié (éd. La Lettre volée).
Librairie Brin d'Acier
269 Rue Josaphat
1030 Schaerbeek
Gratuit
à partir de 18 ans

Cet évènement est terminé. Pour retrouver ce même évènement prochainement, faites une recherche sur le site.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être tenu au courant des activités et des sorties près de chez vous:

Dans la même catégorie:

📚 Club de lecture 📚
(Le 15 juin - Neder-over-Heembeek)
Apéro littéraire: rencontre avec Bernard Tirtiaux
(Le 15 juin - Charleroi)
C'est quoi être féministe en fait ? || Apéro philo
(Le 14 juin - Charleroi)
Accident de personne Rencontre en présence de Florence Mendez
(Le 14 juin - La Louviere)
Club de lecture
(Charleroi)